Association Flainoise

2021-09-16-Funiflaine - Vidéo et restitutions des allocutions des élus

document oublié et retrouvé
mardi 1er février 2022 par Regis Lardennois

Jeudi 16 septembre 2021

Nous avons donné récemment le lien vers la vidéo disponible sur Youtube, que nous avons un peu améliorée, en supprimant le blanc de 45 minutes au début.

http://associationflainoise.fr/Docu...

Nous avons aussi dactylographié les allocutions des élus, avec
chaque minute le temps depuis le début de la vidéo.

Nous avons fait des commentaires sommaires sur ces propos, nous y reviendrons plus tard, lorsque nos critiques détaillées seront formalisées.

Notez que notre critique est très constructive car en même temps nous avons proposé à la mairie d’Arâches, qui a un projet de télécabine entre le centre des Carroz et Pierre Carrée, de l’étendre d’une part vers la gare SNCF de Magland, et d’autre part vers Flaine, ce qui apporterait un projet bien moins cher et avec un service rendu bien supérieur à celui du Funiflaine.
2021-08-30- PADD-PLU d’Arâches la Frasse

 Allocution de Jean-Paul Constant, maire d’Arâches

(41:41) Re-bonjour à chacun, je ne vais pas redire ce que j’ai dit en accueil sur les remerciements en tant que maire d’Araches, que je fais à tous nos partenaires. Evidemment ce projet est une vraie opportunité pour nos villages stations . (42:00) Aujourd’hui on a une préoccupation qui est extrêmement forte qui est chahutée et je pense que nombre de maires de communes de montagne sont préoccupés par leur avenir, sont préoccupés par la transition, touristique mais pas que, ils sont préoccupés par la viabilité et la pérennité de nos villages, dans ce sens là je considère le Funiflaine comme étant une opportunité extrêmement importante et structurante mais pas suffisante, mais pas suffisante pourquoi : je pense que le Funiflaine constitue aujourd’hui un socle extrêmement puissant pour développer une vision de l’avenir. Quand je dis vision de l’avenir, notre préoccupation n’est pas simplement que la vision touristique, mais la vision de nos villages, y habiter au sens large du terme, notre préoccupation d’ élus aujourd’hui, elle est effectivement certes à priori beaucoup plus large que nos partenaires (43:00) parce que aujourd’hui vous êtes engagés dans ce projet en terme de partenariat avec la sphère publique, nous en sommes très heureux mais évidemment vous avez aussi des actionnaires derrière vous, nous nos actionnaires ce sont nos citoyens, ceux qui nous élisent tous les 6 ans en fin de mandat, ce sujet là, il est extrêmement important car chacun d’entre eux sont d’abord préoccupés par l’avenir de leur village raison pour laquelle dans les semaines qui viennent et déjà depuis quelques mois nous n’avons pas attendu l’opportunité du Funiflaine pour mettre et travailler sur notre vision à long terme, actuellement c’est une des obsessions que de travailler sur cette vision à 20 ans de nos communes, de nos intercommunalités évidemment qui structurent aujourd’hui, puisque la vision de nos territoires ne s’arrête pas à la limite, aux bornes de nos communes, mais c’est beaucoup plus large.(44:00) J’en appelle aussi à nos partenaires qui parfois avez tendance à vous arrêter à la limite du périmètre de vos DSP, notre préoccupation vue du territoire est beaucoup plus large que ça, et je vous invite à participer avec nous à cette vision du territoire, c’est extrêmement important, c’est une obsession de tous les jours, raison pour laquelle aujourd’hui, on parle aujourd’hui de Funiflaine mais moi je parlerais plutôt de Funigrandmassif puisque la destination touristique aujourd’hui c’est la destination du GrandMassif, mes collègues aujourd’hui, maires du Grand Massif ne sont pas présents aujourd’hui, je pense que leur invitation est contrainte aux contraintes Covid mais on a cette obsession, d’ailleurs j’annonce d’ores et déjà qu’entre les maires du Grand Massif nous avons l’intention dans les semaines qui viennent nous avons l’intention de créer un nouveau syndicat d’aménagement du Grand Massif. Cette démarche est très très importante (45:00) parce que nous voulons prendre notre destin en mains. Et bien évidemment j’ai envie de dire, ce n’est pas une forme d’interpellation, mais je vous encourage d’aller beaucoup plus loin avec nous dans cette logique de partenariat public privé, dans cette vision du territoire, pour nous c’est fondamental et moi en tant que maire sachez que je vais me battre de toutes mes forces pour que effectivement cet appareil va bénéficier à la station de Flaine dont nous sommes on va dire copartageurs en terme de territoire avec la commune de Magland, mais il y a aussi une station qui s’appelle les Carroz, il est vrai que Marc Iochum, en son temps, s’était beaucoup battu en son temps pour que le Funiflaine passe aux Carroz. Et j’annonce haut et fort aujourd’hui que nous avons d’ores et déjà un projet pour relier la station des Carroz au col de Pierre Carrée, et ça aujourd’hui j’y tiens comme à la prunelle de mes yeux, c’est extrêmement important en terme de logique de territoire (46:00) et peut-être d’ailleurs pouvons-nous nous associer sur ce projet, je vous y invite en tout cas qu’on puisse se mettre autour de la table, je sais d’ores et déjà que la région et le département seront à mes cotés sur ce projet là comme ils l’ont toujours été, comme ils l’ont été aujourd’hui dans le domaine skiable, comme ils l’ont été dans le plan d’accompagnement de la neige de culture et je remercie mon ami Gilles qui nous a donné un sacré coup de main pour aujourd’hui constater que par exemple on a un domaine skiable est enneigé en neige de culture de l’ordre de 35 à 40 % en terme de couverture, et qui nous permet d’assurer la pérennisation. Cela ne se fait pas par la seule volonté de élus et on doit aller beaucoup plus loin et on est à un tournant, je le rappelle, c’est un petit peu un message que je voulais lancer parce que effectivement aujourd’hui évidemment comme tout projet, ce projet là, (47:00) il peut aujourd’hui faire preuve d’opposition au sein de la population, ne nous en cachons pas, il y a eu quelques banderoles qui ont jalonné votre chemin lorsque vous êtes venus ici, je pense essentiellement peut-être que ces oppositions sont liées à, de notre faute, peut-être n’avons nous pas suffisamment communiqué sur la vision globale qui entrainait ce projet Funiflaine, raison pour laquelle nous devons le faire dans les semaines qui viennent, c’est vraiment très important pour les convaincre que ce projet est vertueux pour le développement de notre territoire parce que nous en sommes convaincu entre nous, j’ai envie de dire notre microcosme ne suffit pas, il faut convaincre j’ai envie de dire tous nos habitants que nous nous battons avant tout pour la pérennité de nos territoire, pour la pérennité de l’économie, pour la pérennité de la qualité de la vie dans nos paysages de montagne parce que nous n’avons pas envie dans 20 ans (48:00) comme on parle de friche industrielle de se retrouver avec des friches touristiques, et donc ce combat là, il est extrêmement large, c’est la raison pour laquelle je souhaitais le rappeler aujourd’hui. Voilà ce que je voulais vous exprimer, je vous remercie, et à très bientôt.
Puisque effectivement nous avons encore quelques étapes, mon cher président avant de concrétiser notamment le dossier UTN et tout un certain nombre de choses, comme le disait Jean-Philippe, il s’agit de transformer l’essai.
je vous remercie.

Commentaire sommaire
Mr le maire d’Arâches s’exprime sur les banderoles opposées au projet vues sur la route d’accès par tous les participants, et il affirme l’urgence de convaincre les opposants au projet de ses bienfaits.
Noter que les deux porteurs de banderoles interpellés par la gendarmerie avaient des banderoles refusant l’urbanisation de la zone de Pierre Carrée.
D’abord, l’interdiction de manifester son opinion sur la voie publique est une violation d’un droit fondamental. On se demande qui a fait appel à la gendarmerie !
Ensuite, ce sont les manifestants qui ont convaincu la mairie d’Arâches d’abandonner tout projet d’urbanisation de la zone de Pierre Carrée, ce qui est annoncé dans le PADD.
Encore un petit effort Mr le Maire et nous allons finir par tomber d’accord.

 Allocution de Johann Ravailler, Maire de Magland

Johann Ravailler

(48:41) Bonjour à toutes et à tous. Merci d’être venus à Flaine pour cette journée historique. Mr le Président de Région je vous remercie de votre présence qui nous honore tous. Ma première pensée va tout naturellement vers mon prédécesseur M René Pouchot (49:00) qui a instigué ce projet de téléporté comme on l’appelait à l’époque et maintenant ascenseur valléen comme nous disons aujourd’hui. René Pouchot a été visionnaire car pour lui il y a 30 ans le Funiflaine se devait être un outil au service de l’aménagement du territoire. Certes la station de Flaine et de ses communes support Araches-la Frasse et Magland mais aussi un ouvrage structurant pour la DCCAM et la vallée de l’Arve. Aujourd’hui c’est la concrétisation d’une vision qui se réalise. Mais finalement ce n’est encore que le début d’une opération qui se doit de répondre à plusieurs objectifs oh combien importants, comme le développement durable, la lutte contre le réchauffement climatique, l’ouverture à un tourisme écoresponsable de qualité. Mais peut-être est-ce surtout l’opération Funiflaine doit concourir à la mise en oeuvre d’un projet de territoire au profit de nos concitoyens. Les gens d’ici, au quotidien vivent, travaillent et façonnent notre si joli territoire. (50:00) Il nous revient donc ensemble public, privé, syndicat mixte, groupement de concessionnaires d’exécuter une délégation de services publics respectueuse de tous ces enjeux. Merci à tous de votre présence et de votre attention, belle journée à vous tous à Flaine. (50:13)

 Allocution de Christian Monteil, Président du Syndicat Funiflaine et du Conseil Départemental (remplacé depuis par Martial Saddier).

(50:24) Vous allez trouver que ça fait trop mais finalement vous m’accordez 3 minutes c’est le Président du département financeur qui parle au coté des financeurs qui se sont exprimés, je vais vous parler de finances. Pensez-vous que cela a été facile de rassembler 90 M€. Qui dit oui ? c’est non. compliqué, difficile, du temps, de l’énergie, des réunions, des contradictions, des contre propositions, on se téléphone le matin, le soir, le lendemain ça a changé, et c’est comme cela que nous avons réussi à produire cette unité que vous avez ressenti à travers l’expression des uns et des autres.
Quelques chiffres, (51:00) d’abord l’arithmétique qui n’est plus de l’arithmétique.
60 =15 ! avec Funiflaine : 60 c’est 60 mn pour venir en voiture = 15 c’est 15 mn pour monter. En matière d’arithmétique 10 = 0 ! ce sont les tonnes de CO2 que l’on renvoie en l’air = 0 les chiffres qui restent les vrais ce sont les 90 M€, les 30 M€ apportés par le groupement, le 1,5 M€ apporté par Magland, le 1,5 M€ apporté par Araches, c’est beaucoup pour nos petits budgets qui ne sont pas de petites communes, 4 M€ pour la communauté de communes, l’état 4 M€, la région Laurent va vous en parler, je ne vais pas lui faire l’insulte de parler à sa place, le département 25 M€, on en a rajouté 1 lundi dernier, c’est formidable. Je vous ai donné 2 rendez-vous tout à l’heure : un pour la première pierre, non c’est vous qui allez me le donné si vous êtes sympa, il faut que je me fasse à l’idée que je ne suis plus rien le 1er juillet, un peu dur. (52:00) Si vous êtes sympa vous me le direz pour la 1ère pierre et pour la 1ère benne mais je laisserai dans un dossier que j’ai commencé à construire pour celui ou celle qui va me succéder au département et pour les conseillères et conseillers départementaux qui suivent, 2 indications : 1ère indication, M le Maire d’Araches il y a une note sur la suite à donner, il l’a évoquée, sur les relations qui devront se poursuivre entre l’équipement et l’aménagement, ce n’est pas une ligne c’est un massif, c’est un volume sur lequel je laisserai quelques petites notes, l’exécutif fera bien ce qu’il voudra mais je crois savoir qu’il n’y aura pas de difficulté au département et Johann je te dis aussi, on doit se voir dans les jours qui viennent pour que puisse s’exprimer la volonté de faire vivre et s’épanouir la ville de Magland, c’est le point de départ ce n’est pas simplement une gare, c’est une vie du village sur ces 2 dossiers. (53:00) Soyez assurés je les laisserai si ils peuvent servir à quelque chose. Les meilleurs messages sur ces opérations et sur tout le reste.
Merci de votre attention. (53:11)

 Allocution de Laurent Wauquiez, Président du Conseil Régional Auvergne-Rhône Alpes

Avec décomposition arbitraire en paragraphes.

§1
(53:14) Bonjour à tous. Je vais me permettre de saluer collectivement en remerciant chacun de ses propos, j’aurai un message un peu plus appuyé pour Christian, vous le comprendrez, je veux parler en associant 2 personnes qui du coté de la région ont été absolument déterminantes, le premier c’est Martial (Saddier), tout le monde connait son énergie, ce que j’adore chez lui c’est qu’il aime sortir les choses, on a tellement d’élus qui parlent, qui parlent et puis il n’y a jamais rien qui vient, Martial c’est quelqu’un qui aime faire, et j’ai beaucoup de respect pour cela c’est très important, et puis je veux remercier Gilles Chabert. Avec Gilles on a une clé de discussion, moi je commande en dessous de 1000 m et Gilles commande au dessus de 1000 m, je vérifie juste que les chèques, c’est quand même moi à l’arrivée qui les signe (54:00), donc il faut que je tienne un tout petit peu la plume.
§2
Gilles est un ami et je veux ici lui rendre hommage parce que quand on est arrivé à la région, la politique de la montagne c’était rien et la montagne c’était un gros mot, soutenir les stations de ski, non c’était pas dans la politique de la montagne, on a pourtant la région qui est la région de la montagne, on est même la première région de la montagne au monde, et quand on arrive ici comment ne pas être estomaqué par ce paysage qui est quand même unique, le fait de se dire on a quand même la région la plus belle du monde, Gilles a construit et bâti avec Martial, avec Fabrice, avec Emilie, avec tout un groupe d’amis cette politique de la montagne qu’on a voulu mettre en place pour montrer qu’on croyait en vous, je suis extrêmement respectueux de cet esprit de la montagne qui est fait de travail, qui est fait d’investissements, qui est fait de projets qui sont portés aux long cours, qui est fait de vision et j’aime ça, et je trouve que cela nous tire tous vers le haut.
§3
Et aujourd’hui il y a un moment qui est, je pense que tout le monde le ressent, assez émouvant, (55:00) on a quand même traversé une période où on a pris comme un coup de poignard le fait qu’on a été la seule grande nation du ski au monde à être fermée, les autrichiens n’ont pas fermé toute la saison, les suisses n’ont pas fermé toute la saison, les Etats Unis viennent de faire le record de fréquentation d’une saison d’hiver qui n’a jamais été faite et nous on a suivi les allemands mais pardon les allemands c’est pas une nation du ski, et à l’arrivée on en a tous payé les conséquences, aujourd’hui on tourne cette page, et qu’on se dise : on est là, on est debout, on a de l’énergie à vendre, nos projets sont bien vivants et on a la vision de ce que sera la montagne de demain, je trouve que cela donne une pêche, une énergie qui est vraiment extraordinaire. Pour moi il y a un souvenir très personnel qui est associé à Funiflaine, Jean Paul (Constant) s’en souvient, à l’époque j’étais pas élu, et on avait passé une soirée complète à discuter ensemble avec Jean Paul, avec Martial du projet en regardant ensemble où il passait, qu’est ce qu’il signifiait, quelle était l’ampleur de l’enjeu, et j’avais pris un engagement qui était de dire on sera avec vous jusqu’au bout, (56:00) c’est un projet qui était difficile à tenir parce que comme tous les projets ambitieux comme Jean Paul l’a dit il faut convaincre, il faut expliquer, j’aime bien quand les engagements sont pris, pour moi c’est très important, chez nous une parole donnée ça doit être une parole tenue, et on l’amène jusqu’au bout aujourd’hui, qu’on le porte sur les fonds baptismaux c’est quelque chose de très fort dans un délai qui est quand même un délai record, et dans notre pays où c’est devenu si compliqué d’arriver à sortir le moindre projet avec tellement de barrages dès que vous voulez faire quoique ce soit : je regardais ces images qui étaient tellement belles des fondateurs, les pionniers où on était un pays de bâtisseurs, où on était fier de sortir des choses, c’est cet esprit qu’on ranime aujourd’hui, alors faisons le évoluer en l’adaptant à ce que sont les enjeux de notre pays aujourd’hui mais en gardant quand même cette flamme de ce que sont les pionniers et qui savent que en montagne, si on n’avance pas on recule. Dernière pour le mener à bien
§4
Il faut comprendre les enjeux financiers, (57:00) Christian (Monteil) l’a dit les sommes sont considérables, je pense que vous mesurez l’ampleur de la solidarité qui est faite à l’égard du Massif. On a des investisseurs privés c’est normal dont l’objectif est que l’investissement soit rentable, et c’est ce qu’on leur souhaite, pour que l’investissement soit rentable il y a un effort colossal des collectivités locales, et je suis heureux que ce soit Johann (Ravailler) qui y a fait allusion et je trouve cela très juste, Jean Paul tu en as parlé aussi Jean Philippe également c’est un modèle que notre région on aime bien on additionne les forces du public et du privé, les montants sont gigantesques : d’abord les collectivités locales font un très gros effort 7 M€ pour vous c’est un très gros effort, l’état met 4 M€, j’ai l’habitude de dire les choses comme je le pense c’est rien du tout, il va quand même falloir (58:00) qu’à l’avenir sur la suite et le plan d’investissement de la montagne l’Etat monte sérieusement le plan d’implication, le premier financeur c’est Christian (Monteil) avec la Haute Savoie et le département, il met 26 M€ avec un effort supplémentaire que Christian a rajouté, et la région met 21M€ ce qui est colossal, on a encore augmenté récemment parce qu’il manquait 2 M€ qu’il fallait aller trouver, on a réglé ça comme on le fait souvent avec Christian, c’est à dire en discutant ensemble et en s’entendant l’un et l’autre et on a chacun rajouté 1M€.
§5
Je vais ici rendre hommage à Christian, c’est un grand monsieur, j’ai eu un plaisir immense à travailler avec lui, si je suis ici c’est à la fois pour le Funiflaine mais parce que je voulais aussi, on est une région où on aime bien rendre hommage à ceux qui sont des bâtisseurs et qui ont ouvert le chemin pour tout le monde, j’étais très heureux qu’il y ait autant d’hommages qui soient rendu à René (Pouchot). (59:00)
Christian j’ai eu un plaisir infini travailler avec Christian, par le passé départements et région cela ne fonctionnait pas très bien, on s’est attaché toi et moi à avoir une logique où on a été très soudés, Christian m’a accompagné sur des dossiers qui étaient des dossiers de la région : le Léman express notamment où Christian a pris des décisions très fondatrices d’engagement du département de la Haute Savoie, de mon coté je suis venu en support sur des dossiers sur lesquels le département est très engagé, je pense notamment au désenclavement du Chablais, et ici on se retrouve l’un et l’autre en étant ensemble, et ça c’est vraiment quelque chose que l’on ne doit jamais oublier, nous il faut que l’on soit soudé, on n’est pas une région où l’on aime se taper dessus, il faut que l’on soit une région où l’on est capable de rassembler et de fédérer les forces : le public, le privé, les sensibilité différentes, on doit être uni parce que on est une région où on aime que ça travaille sérieusement et pour çà il faut être unis, donc Christian tu seras plus qu’invité, et surtout chez moi les amitiés sont les amitiés aux long cours, et tu sais que celle qui nous unit est une amitié aux long cours, un gros merci à toi. (1 00:00)
§6
Et puis pour le reste Jean Paul (Constant) l’a dit c’est un projet qu’il faut expliquer, c’est un projet qui est bon pour le développement durable, on va diviser par 30 les émissions de gaz sur le massif par 30 c’est énorme en terme d’ambition, on va faire en sorte qu’au lieu que les voitures montent avec les accidents, les embouteillages, on ait la possibilité d’avoir 500 000 véhicules qui vont être épargnés par ce trajet chaque année, cela ne veut pas dire que l’on veut monter plus de monde, très important de le dire, cela veut dire que l’on veut mieux monter, cela ne veut pas dire que l’on veut être submergé par un tourisme de masse ce n’est pas ce que l’on veut, cela veut dire que l’on veut que les gens montent sans qu’il y ait de la pollution sans qu’il y ait du temps de perdu, cela ne veut pas dire que le projet est uniquement fait pour les touristes, il est évidemment fait d’abord pour les habitants du Massif pour lesquels pour un certain nombre d’entre eux qui sont amenés à travailler à d’autres endroits, ça va permettre de se déplacer avec des conditions de confort et de vie qui n’auront rien à voir, cela veut dire que pour Magland, derrière,
§8
(1 01:00) cela veut dire que ce n’est pas seulement un projet qui est le Funiflaine, c’est un réaménagement aussi de Magland pour revoir les circulations, pour faire en sorte que l’on réfléchisse ensemble à la gare demain pour que la gare soit plus adaptée aux mobilités dont on a besoin à Magland, cela veut dire aussi que pour ceux qui travaillent ici et pour lesquels il y avait énormément de temps de perdu la gare va servir de Fret et permettra ainsi de monter les marchandises avec un travail beaucoup plus respectueux des saisonniers, n’oublions pas aussi l’importance qu’ont les saisonniers pour nous et il faut que l’on veille sur eux parce que des gens qui travaillent, il faut que l’on ait de la reconnaissance pour eux dans notre pays où parfois le rapport au travail s’est un peu distendu, on va dire. Et donc encourager, respecter, honorer des gens qui travaillent et faire en sorte que leur travail soit moins pénible c’est très important,
§9
Et puis, souvenons nous toujours de quelque chose : on est une grande nation de montagne, on est la région de la montagne : il y a combien d’ enfants qui ne savent pas skier en Savoie, la Savoie, en Savoie il y a un enfant sur 2 qui n’est pas allé sur une station de ski et qui n’a pas fait de ski, (1 02:00) là le projet, Gilles et moi, auquel on est très attaché, c’est que ça permet de faire monter des classes de neige, que ça permet à nos enfants de façon beaucoup plus fluide et les enfants de Haute Savoie de venir découvrir le ski chez nous et d’aimer la montagne comme on l’a tous aimée et qu’ils en fassent leur patrimoine, parce que des gens qui ont appris le ski, c’est quelque chose qui va les porter ensuite pendant toute leur vie, parce que c’est une belle discipline qu’on exerce sur soi, et puis derrière, c’est l’objectif, c’est la montagne hiver et été, moi je défends la montage l’hiver, j’y suis très attaché, la montagne ça fonctionne comme c’est beau avec la neige et ça va aussi permettre l’été d’avoir une diversification et une montée en puissance, l’été, mieux pour le développement durable, mieux pour les habitants, mieux pour nos enfants
§10
et derrière j’insiste beaucoup dessus, un projet qui est porté par des entreprises de la région, à l’avenir, je souhaite que l’on soit beaucoup plus exigeant dessus, et je m’adresse à chacun d’entre vous, quand vous êtes en Autriche vous faites tourner les entreprises autrichiennes et ils ne se posent même pas de questions, (1 03:00) quand vous êtes en Suisse vous faites tourner les entreprises suisses, et nous on est les seuls fous, quand on fait des projets, à aller chercher des enneigeurs en Italie, à aller prendre du matériel qui n’est pas fabriqué chez nous et à ne pas faire tourner d’abord nos entreprises, il faut qu’on arrête parce que on se tire des balles dans le pied, et je dis à tous les acteurs de la montagne, à l’avenir je demanderai vraiment de façon beaucoup plus importante, en contrepartie des aides qui sont apportées par la région vous fassiez l’effort de faire tourner en priorité ce qui est fabriqué sur notre territoire, ils ont besoin de nous, il faut qu’on les défende, ce sont des entreprises qui sont notre savoir faire, elles ont été très lourdement secouées par le conteste actuel, on doit donner la préférence absolue à ceux qui fabriquent dans nos vallées parce qu’ils font aussi l’avenir de nos territoires, pour moi c’est indispensable, il faut qu’on accepte de porter beaucoup plus fortement le pavillon Auvergne-Rh^one-Alpes , le pavillon savoyard, le pavillon isérois, et que l’on donne la priorité à ce qui est fabriqué dans nos vallées, §11
(1 04:00) et puis je finirai par là, je pense qu’il faut que l’on comprenne qu’à travers Funiflaine vous posez la première pierre de ce qui va être la montagne de demain, c’est important qu’on l’explique à chacun, l’ancien modèle de nos stations de ski, le modèle français c’étaient les stations où vous arriviez avec la voiture vous étiez skis aux pieds avec le parking qui était en altitude, le modèle suisse, autrichien c’était un modèle où la vie se passait un peu plus bas et on accédait avec des téléportés sur des pistes de skis plus haut, nous ce que l’on fait aujourd’hui c’est que l’on pose la première pierre de ce qui sera le modèle demain de la montagne française, et l’enjeu pour moi est que les Alpes deviennent la première montagne durable. l’objectif est que les gens montent avec ce qu’on appelle des ascenseurs valléens, qu’on ait des stations de ski qui petit à petit qui deviendront des stations sans voitures (1 05:00) avec des modes de déplacements qui épargneront tous les embouteillages qui sont un vrai problème dans l’expérience du client et dans l’expérience de celui qu’on accueille chez nous et qui nous permettront d’avoir une montagne qui ne polluera plus et d’avoir une montagne dans laquelle une fois que l’on sera en station la vie en commun sera beaucoup plus agréable.
§12
ce que l’on fait là c’est la première pierre de cela et Funiflaine ouvre le chemin pour tous les autres, les projets j’en ai sur toute la région et la région est engagée dans bien des domaines, Martial on se le rappelait : St Gervais avec un programme qui va à la fois améliorer la vie des habitants de St Gervais et en même temps l’accès sur le haut de la station, Chamonix avec le couplage avec le train, Morzine a également un projet, La Clusaz qui je l’espère en lien avec le Grand Bo(rnant) pour pouvoir faire en sorte que l’on puisse avoir un projet qui soit commun, la liaison unique pour ceux qui connaissent un peu la Savoie entre la Maurienne et la Tarentaise à travers le projet développé par la station de Val Thorens et évidemment les Carroz auxquels, Jean Paul, tu as avec raison bien insisté sur l’importance que tu viennes, il faut aimer l’investissement de nos stations de ski, (1 06:00) il faut croire en vous et il faut croire dans la montagne, ici si on se pose un instant en Haute Savoie, on aura fait le Léman Express et les gens viendront avec le Léman, on portera ensemble le désenclavement du Chablais parce que on a aussi besoin de la route et la route peut-être respectueuse de l’environnement, il faut faire l’accès à nos stations et il faut également faire les voies vertes et c’est tout l’objectif de la voie verte des 5 lacs qui nous unira, La Haute Savoie c’est un département magnifique, vous avez de l’énergie à revendre, je suis infiniment fier de vous, et portons tous la fierté d’être la grande région de la montagne, c’est une belle responsabilité que l’on porte tous ensemble, merci à vous.

Commentaire général sommaire
L’ennui est que toutes les affirmations de bienfaits du projet tombent quand on se rend compte des éléments suivants :

  • le projet ne dessert aucune population, il ne peut être un Transport Public.
  • l’activité apportera essentiellement l’accès à un domaine skiable, donc ce ne peut pas être un ascenseur valléen (ces deux points ne sont pas neutres au niveau du financement).
  • Flaine ne représente pas la totalité du Grand Massif. Il se peut que la quantité du CO2 générée pour la montée à Flaine soit divisée par 30, mais si le Funiflaine desservait aussi Les Carroz (ce qui n’a pas d’impact significatif sur le coût de construction et d’exploitation), on en économiserait 2 fois plus (sachant que dans 10 ans, les voitures et les camions seront largement décarbonnés, ce qui limite l’intérêt de cette approche),
  • ce projet présente un déficit d’exploitation important (coût élevé, nombre de clients insuffisant), qui ne peut être compensé que par un financement autre que les ventes de billets (dans le projet actuel, c’est financé par le Domaine Skiable de Flaine, qui doit pour cela avoir plus de clients sur les pistes.
  • ce projet détruit ou ampute de façon importante l’espace nordique de Pierre Carrée, zone d’avenir du Grand Massif qui devrait au contraire être étendue, et le golf de Flaine-Les Carroz qui a vu cet été une croissance de ses activités de 19%, grâce aux efforts de la SOREMAC.



Nous ferons ultérieurement des observations plus circonstanciées et détaillées.
Ce projet est représentatif de l’emprise économique des conseils Départemental et Régional sur les élus locaux qui ne peuvent en aucune façon en discuter les projets, car les communes ont un besoin vital du financement de ces instances (ou alors ils ne sont pas très observateurs sur l’impact du projet sur leur commune).


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 173 / 2161667

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 005-Funiflaine   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.15 + AHUNTSIC

Creative Commons License