Association Flainoise

2016-11-03 - Pétitions sur la commune d’Arâches

jeudi 3 novembre 2016 par Regis_Lardennois

 Jeudi 03 novembre 2016

PDF - 501.4 ko
Lettre des Amoureux des Carroz au Président du Conseil Régional
PDF - 1011.6 ko
Réponse du Président du Conseil Régional aux Amoureux des Carroz et au maire d’Arâches

 Mercredi 21 septembre 2016

Lettre ouverte de la copropriété Sabaudia aux élus d’Arâches, avant le vote du projet immobilier des Crêts au Conseil Municipal.
Cela n’a pas empêché les élus de la liste majoritaire de tous voter en faveur du projet, et au maire de qualifier ce document de diffamatoire, critiquant notamment la photo de l’aspect supposé du futur immeuble (avec menace de déposer plainte).

Les élu(e)s de l’opposition ont repris les critiques du projet contenues dans ce document.

PDF - 1.1 Mo
Lettre ouverte aux élus d’Arâches

La mairie a l’intention d’engager tambour battant plusieurs de ses projets.
Le démarrage de la rénovation du centre des Carroz au printemps 2017 a été annoncé, et on peut aussi s’attendre à une volonté de démarrer rapidement la construction par MGM de l’immeuble sur la place des Aravis (place du marché actuelle), en coopération avec la copropriété des Aravis.

Projet de golf aux Carroz

On voit apparaître des bannières s’opposant à ce projet aux Carroz.
A plusieurs reprises, il y a eu des tags à Balme (en bas de la route de Flaine), rapidement nettoyés par les services techniques d’Arâches, mais je n’ai pas vu.
L’opposition à ce projet est majoritaire à Arâches.

JPEG - 253.6 ko
banderole « Non Au Golf »

 Vendredi 2 septembre 2016

A fin août, entre les signatures sur papier, et les signatures en ligne, le collectif totalise 907 signatures aux 2 pétitions, contre les immeubles, et contre le golf :

  • 475 contre le golfe
  • 432 contre les immeubles.

On remarque que les signatures contre le golf ont maintenant dépassé celles contre les immeubles.

On approche des 1 000 signatures, comment la mairie d’Arâches peut-elle considérer cela comme négligeable pour une commune qui a eu 800 votes exprimés aux dernières élections !

Le maire d’Arâches avait prévu une réunion avec les opposants pour les convaincre, suite à la manifestation au marché le 16 août. Pas de nouvelles.

Le Dauphiné a refusé le rectificatif demandé, bien qu’il y ait bien une assertion fausse dans le dernier article.
Le collectif va sans doute faire appel à la loi de 1881 sur le droit de réponse.

 Mercredi 24 août 2016

Demande de rectification du Collectif « Les Amoureux Des Carroz » au Dauphiné

Les Carroz-d’Arâches
Affaire des ballons :
Rectificatif du Collectif

Le collectif des « Amoureux des Carroz » tient à apporter un rectificatif a la suite de la réponse des propriétaires publiée dans l’articles du 21 aout.
"l’esquisse de l’immeuble de la place des Aravis existe bien, a été projetée et commentée par le maire lors de la réunion d’information du 26/5/2016, et publiée dans le compte rendu de réunion de l’Association Flainoise du 28/5/2016 . Elle est consultable sur ce site en accés public.
La hauteur des ballons, indiquant la hauteur de l’immeuble a été déduite de cette esquisse."

JPEG - 34.9 ko
Esquisse des Aravis

La mairie possède 36% de la copropriété Aravis, dont la disparition proposée de la place cinquantenaire, inquiète les Carroziens qui ignoraient jusqu’à une date récente qu’elle n’était pas publique.
2016-05-26 - Réunion publique sur les projets d’Arâches

 Dimanche 21 août 2016

Article du Dauphiné du 21 août 2016

LES CARROZ-D’ARÂCHES
Affaire des ballons : la réponse des copropriétaires

Le président du syndicat des copropriétaires de la résiden- ce Aravis, Yves Clin s’exprime à la suite de l’article “Des ballons en signe de protestation” (journal du 18 août). « La copropriété Aravis, propriétaire du terrain dite “Place des Aravis” est utilisée maladroitement depuis de nombreuses années pour des manifestations diverses et notamment le marché hebdomadaire. Nous avons, en concertation avec la mairie, également copropriétaire, décidé de céder ce terrain à un promoteur en vue d’y construire un ensemble immobilier de petite taille avec deux étages de parking en sous-sol. En aucun cas [l’altitude des ballons posés par les manifestants] ne reflète la hauteur prévue de l’immeuble. Le permis de construire n’est pas encore déposé et aucune esquisse n’est publiée à ce stade. »

Article du Dauphiné du jeudi 18

Des ballons en signe de protestation
Des ballons sur le marché. Photo Le DL/P.W.

Un collectif intitulé “Les amoureux des Carroz” s’est récemment créé et a fait signer une pétition sur la place du marché hier matin. Le collectif juge la construction de
nouveaux immeubles au centre de la station village injus- tifiée, il proteste en suspendant des ballons de couleurs à l’emplacement et à la hauteur de plusieurs des construc- tions prévues dans un proche futur. L’office de tourisme lui semble également suffisant à son emplacement actuel.

 Vendredi 19 août 2016

Lettre de Yves Clin, Président du Conseil Syndical de la copropriété des ARAVIS adressée à Claude BUFFET (et largement diffusée).

Yves CLIN
Président du syndicat des copropriétaires ARAVIS 4 route du Serveray
74300 Les Carroz d’Arâches

Les Carroz Le 17 aout 2016
A l’attention de Monsieur Claude Buffet
74300 Les Carroz d’Arâches
Cher Monsieur Buffet,

Nous avons pu remarquer, comme beaucoup de résidents et estivants présents pendant ce mois d’août aux Carroz les perturbations causées sur le terrain de notre copropriété ARAVIS par votre collectif « les amoureux des Carroz » notamment durant la journée d’hier jour de marché.
Nous sommes, comme probablement beaucoup de vos membres soucieux du caractère station village d’Arâches. Depuis de nombreuses années, nous sommes en négociation avec la municipalité pour trouver une solution viable pour ce terrain. Nous avons même dû ces dernières années entamer une action en justice pour faire reconnaitre nos droits. Les autorités compétentes ont statuées clairement que ce terrain est bien un terrain privé partie intégrante de la copropriété ARAVIS dans laquelle la mairie possède des tantièmes.
Deux solutions se présentaient à nous :

  •  Fermer cette place et en disposer en tant que bien privé à notre guise (parking clôturé).
  •  Trouver en concertation avec la mairie un projet immobilier incluant les parkings nécessaires à la copropriété tout en valorisant le site par la construction d’un petit immeuble



Nous avons retenu cette deuxième solution que nous considérons comme venant compléter parfaitement la rénovation en cours du centre de la station. Le promoteur, suivant nos exigences, nous propose un ensemble immobilier de petite taille avec 2 étages de parking en sous-sol qui sera au stade actuel du PLU bien inférieur à la surface de plancher constructible sur un tel terrain. La hauteur de ce nouvel immeuble ne dépassant pas les constructions existantes.
Nous espérons que ces quelques explications vous convaincront de l’urgence à cesser immédiatement vos actions de désinformations visant notre projet. Dans le cas contraire, nous nous verrions dans l’obligation de lancer une action plus formelle.

Je suis bien sûr à votre entière disposition pour de plus amples informations si vous le jugez utile.

Sincères salutations.

Le Président du conseil syndical Aravis, Yves CLIN

NDLR . Yves CLIN nous assure que le projet d’immeuble de la place des Aravis répond aux règles d’urbanisme, s’insèrera dans l’architecture des immeubles voisins.
Soit, mais les habitants des Carroz ont aussi le droit de préférer une place sans construction apparente, même si elle est plus petite qu’aujourd’hui en raison de la récupération et la cloture par la copropriété du terrain qui lui appartient.
D’un autre coté, il semble que la copropriété ait fait preuve de beaucoup de patience dans la mise à disposition au public de son terrain ; il est probable que la commune a bloqué tout cloisonnement jusqu’au jugement récent en faveur de la copropriété.

 Mercredi 17 août 2016

Manifestation d’opposants au marché de mardi, crispation de la municipalité

Mardi matin, au marché d’Arâches, des opposants à certains projets de la municipalité ont fait signer leurs pétitions qui rappelons-le s’opposent particulièrement à la construction d’un immeuble sur la place du marché, et à la construction d’un golf des Carroz.
Ils ont pu faire signer leurs deux pétitions par 82 personnes, avant d’être expulsés par la police municipale, à la requête du maire d’Arâches.
Ils étaient peu nombreux, de l’ordre de 3 à 4 personnes, et l’un d’eux tenait la ficelle d’un ballon gonflé à l’hélium pour être mieux vu par les utilisateurs du marché.

Il leur est reproché :

  • trouble à l’ordre public (manifestation sans autorisation), qui plus est avec l’usage d’un aéronef (le ballon)
  • usage du marché sans avoir payé de patente.

avec les suites judiciaires légales.

Le maire les a traités de menteurs dans leur argumentation, Ils sont convoqués à la mairie pour explication.

Où va-t-on ?
Le maire refuse que soit consultée la population, mais le nombre de signatures sur la première pétition (les Carroz) s’approche de 400, et est donc proche de la moitié des votants aux dernières élections.
La présentation des projets par le maire ne remplace pas l’avis des électeurs, surtout lorsque ces projets ne faisaient pas partie du programme du maire.

Nous tenterons d’avoir plus de détails, et mettrons ce document à jour.
Cet incident va certainement retarder les projets, pendant que le maire occulte l’action des opposants il ne fait pas avancer les dossiers.
La mairie semble aussi vouloir « bétonner » les dossiers au cas où il y aurait des recours devant le tribunal administratif.

Un des objets du délit, le ballon, était toujours visible mardi soir place du marché, accroché à un balcon !

 Dimanche 14 août 2016

La mairie d’Arâches a présenté cette année lors de réunions publiques tenues le 20 janvier et le 26 mai toute une série de travaux programmés ou engagés sur la commune.
Certains de ces projets ont fait l’objet d’un engagement dans le programme électoral de la liste majoritaire, et se retrouvent dans les écrits de l’époque (2014) et ont pu être l’objet d’échange lors de la campagne électorale.

Un Collectif « Les Amoureux des Carroz » a voulu exprimer son désaccord sur plusieurs de ces projets et a réalisé deux pétitions, sous forme de lettres ouvertes au Maire d’Arâches la Frasse.

  • Pétition n°1, à la mi-juillet, exprimant son désaccord sur les projets internes aux Carroz,
  • Pétition n°2, début août, exprimant son désaccord sur le projet de golf des Carroz.

L’Association Flainoise qui a également des objections sur la politique de la commune et sur certains de ces projets, s’est largement reconnue dans le contenu de ces pétitions, et les a signées, avec un texte explicatif plus « flainois ».

La pétition n°1 a été remise au Maire d’Arâches alors qu’il y avait 82 signatures. Le Maire a répondu individuellement à chacun des signataires à ce moment.
A la mi-août, ces pétitions ont recueilli respectivement 300 et 200 signatures.

Notez que la nouvelle présentation de Marc IOCHUM effectuée le 9 août n’a pas rapproché les points de vue.

Cet article rassemble les documents suivants :

  • textes des pétitions,
  • textes de l’Association Flainoise associés aux pétitions (et à leur signature),
  • réponse du Maire (pour la pétition n°1),
  • réponse du Collectif (pour la pétition n°1)

Vous pourrez (peut-être) vous faire un avis et vous joindre (ou non) à la pétition avec vos raisons.

 Pétition n°1, mi-juillet, projets aux Carroz,

Lettre ouverte à Monsieur Marc Iochum, Maire d’Arâches La Frasse, et à son conseil municipal.
Par le collectif « Les Amoureux des Carroz »


Monsieur le Maire, Messieurs les Conseiller(e)s,

Pourquoi nous avoir convoqués le 26 Mai, pour une réunion sur des projets que vous aviez déjà planifiés, engagés et budgétés ?

Pourquoi cette rafale de projets dans la hâte ?

Certains méritent une concertation des habitants des Carroz.
Une fois de plus ce sont les terrains communaux restants qui seront sacrifiés pour être construits, comme si il y avait grande urgence. Pour quelles raisons ? Et quels impératifs ?

Si, plusieurs projets, tel que la cure de La Frasse, la traversée d’Arâches, la nouvelle maison médicale et la Place de l’Ambiance entrainent l’adhésion commune,
Par contre, les constructions :

  • d’un immeuble, place des Aravis,
  • 
d’un autre de 5 étages, pour accueillir uniquement en rez de chaussée, l’Office du tourisme,
  • et d’un programme social de cinq bâtiments pour seulement 36 logements aidés, exigent une approbation à l’échelle du village.



Ces programmes dépassent le cadre du Conseil Municipal, surtout lorsqu’il y a dation d’un bien communal, construction supplémentaire de lits froids et une sérieuse transformation du centre.
L’arrivée aux Carroz est plaisante, car spacieuse, aérée, et la vue magnifique : c’est le premier regard qu’a le visiteur. Pourquoi densifier à ce point ce cœur et lui faire perdre définitivement son charme, déjà bien entamé, avec la création de ces ignobles « boudins » blancs sur des prairies ?

La place des Aravis, de par sa situation, est un endroit stratégique au cœur du village. La commune ne devrait pas y autoriser la construction d’un immeuble et encore moins donner du terrain. Elle pourrait la reprendre à son compte pour en faire une très agréable place de marché, avec un parking souterrain, qui résoudrait le litige avec les actuels propriétaires. C’est alarmant de supprimer cet espace aéré.

D’autre part, l’actuel Office du Tourisme, est très bien situé, au cœur du village et avenant, avec sa grande vitrine en angle. Qu’est-ce qui justifie de changer son emplacement ? Quel avantage pour la commune d’obtenir un rez de chaussée contre un terrain ?

Au nom de quoi un Conseil Municipal peut-il décider seul de dilapider les biens communaux en privant les générations futures ? Qu’allons- nous laisser à nos enfants et aux générations futures ? Les biens communaux peuvent être considérés comme inaliénables.

Nous vous demandons donc expressément de suspendre pour l’instant ces projets, surtout celui de la place des Aravis et de procéder à une plus grande concertation avec la tenue d’un référendum. Les Carroziens y ont droit.

Cordialement.
Le Collectif

 texte de l’Association Flainoise associé à la signature,

Régis Lardennois, président de l’Association Flainoise.
 
Nous sommes très attentifs aux travaux d’investissement de la station des Carroz, d’autant plus qu’il n’y en a aucun à Flaine depuis des années (hors entretien et encore…), les taxes locales générées dans la station de Flaine servant pour une part importante au développement des Carroz (et de Magland dans une moindre mesure).
 
J’ai mis en ligne sur le site de l’Association Flainoise un compte-rendu détaillé des voeux du 14 janvier, et des projets présentés le 26 mai.
http://associationflainoise.fr/spip...
http://associationflainoise.fr/spip...

Il y a aussi la réunion du 9 août 2016.
http://associationflainoise.fr/spip...
 
Voici notre vision générale.
 
Frénésie de travaux. 
Nous comprenons la crainte des habitants des Carroz vis à vis de l’avenir de leurs activités, mais comme d’habitude les équipements financés par dation (cession d’un terrain terrain communal à un promoteur en échange de locaux dans la copropriété) vont générer des coûts d’exploitation sans résoudre automatiquement les problèmes économiques de la station. Il faudrait être plus sélectifs.
 
Il devrait y avoir beaucoup plus de synergie entre Les Carroz et Flaine, la politique actuelle d’abandon de la station de Flaine (au plan financier) est à notre avis une erreur de stratégie pour Les Carroz, les infrastructures de Flaine pourraient aussi être mises à profit par Les Carroz.
 
Bétonnage excessif du centre de la station, plan d’aménagement pensé uniquement avec la réalisation du Funiflaine dont la réalisation est loin d’être assurée pour de multiples raisons (conflit sur le tracé, parking de Magland en zone inondable…), et la version réduite Lays-Kédeuze présentée, bien moins probable que le Funiflaine, me semble surtout là pour justifier le plan de développement proposé.
Donc pour nous, le projet d’ensemble repose sur du sable tant que ces bases ne seront pas crédibilisées.
 
Nous sommes inquiets pour le trafic automobile dans la station des Carroz, qui va encore être accru par le nouveau TSD6 Saix Express.

Nous sommes totalement en désaccord avec la construction du golf des Carroz qui coûtera cher à la construction, à l’entretien, qui ne sera pas un golf à 18 trous, alors qu’on a déjà un golf remarquable à l’Arbaron. On peut accroitre la période d’ouverture avec des greens synthétiques, ce n’est pas très « nature » mais plus que de construire un autre golf, et c’est écologique (pas d’arrosage, d’engrais ni de désherbant, coût d’entretien réduit). Ce golf est en déficit, mais sa situation devrait déjà s’améliorer cette année avec une meilleure approche commerciale (intégration dans le réseau Golfy), et ce n’est pas un golf concurrent qui va en faciliter l’exploitation. Surtout, il ne faut pas le laisser se dégrader.
 
En conclusion, nous sommes tout à fait solidaires des besoins et des difficultés des Carroz, mais nous voudrions que ce soit réciproque, et nous sommes convaincus que les intérêts communs mieux compris sont un atout majeur pour tous.
Nous souhaitons que cela devienne un axe de réflexion et de travail de nos élus.

Régis LARDENNOIS, France

 Réponse du Maire d’Arâches, à la pétition n°1

MAIRIE D’ARACHES LA FRASSE
Station des Carroz
64, route de Frévuard
74300 ARACHES LA FRASSE

À Arâches, le 21 juillet 2016

Monsieur,
Vous m’avez récemment adressé une lettre ouverte, dont vous trouverez copie sous ce pli, dont le principal signataire est M. Claude BUFFET. Il apparaît important de préciser certains des points évoqués.

Vous avez été convié le 26 mai dernier pour une présentation de l’avancement des projets communaux, deux années après que les citoyens d’Arâches-la-Frasse aient élu mon équipe municipale pour les conduire. J’ai toujours affirmé que la première moitié de mon mandat serait dédiée à la réalisation des études et mise en place des procédés juridiques adéquats à ces chantiers ; la seconde à leur exécution effective.

Concernant la place des Aravis, les solutions évoquées dans votre courrier ne tiennent pas compte de la réalité des contraintes juridiques. La commune ne possède que 36% de cette place qui est régie par le statut de la copropriété. Aussi, si l’usage public de ce lieu a pendant longtemps été accepté par l’ensemble des copropriétaires, il a récemment été remis en cause par certains qui souhaitaient l’utiliser afin de créer des emplacements privatifs de stationnement. La commune est aujourd’hui engagée dans une procédure judiciaire qui pourrait à terme conduire à l’interdiction totale d’utiliser cette place tant pour le stationnement que pour l’organisation de manifestations publiques et des marchés.

C’est afin d’éviter cette situation de blocage qu’avec les copropriétaires nous avons amorcé une réflexion sur un projet permettant la construction de 24 places de stationnements privés et de 66 publics, ainsi qu’une redynamisation de l’économie autour des Aravis. Ces réalisations seront sans incidence sur les finances communales, et n’interdiront pas la tenue des marchés qui seront organisés sur la place de l’Ambiance alors rénovée.

Vous évoquez également les tapis installés sur les pistes de Bardellaz et de Figaro. Le projet initia ! prévoyait la mise en oeuvre pour l’été 2016 de porches en bois et d’un habillage végétalisé afin d’en minimiser l’impact paysager. Ces aménagements n’ont pu être concrétisés au printemps du fait de conditions météorologiques défavorables, mais seront livrés à l’automne 2016.

Par ailleurs, et concernant les nouveaux locaux de l’Office de Tourisme, la physionomie allongée de la parcelle communale à l’emplacement du futur bâtiment n’offre que des possibilités de construction limitées du fait des contraintes du règlement d’urbanisme, qui impose des distances de recul des constructions par rapport aux parcelles contiguës et aux voies publiques. Un permis de construire portant sur plusieurs propriétés autorise de s’affranchir de la première limitation. Or, les propriétaires du terrain jouxtant la parcelle communale souhaitaient réaliser de nouvelles constructions dès l’année 2016. Elles auraient de fait interdit un projet global pour les trois prochaines décennies. Il était alors indispensable de se positionner afin de valoriser de façon optimale cet espace au centre des Carroz.

Au final, en contrepartie d’un terrain, la ville disposera d’un nouvel Office de Tourisme, autorisant ainsi la revente des anciens locaux et le centre-ville sera doté de nouveaux logements en copropriété résidentielle de tourisme, pour lesquels l’affectation en lits chauds doit obligatoirement demeurer pendant 18 ans - le maximum admis par le droit.

Concernant la réalisation de logements dans le secteur des Crêtes, je tiens à vous rappeler que cette zone est frappée par une importante prescription dans le règlement d’urbanisme dont la commune ne peut se défaire : 35 % de l’habitat construit doit être soit en locatif aidé, soit en accession aidée. Par ailleurs, la construction de logements sociaux est onéreuse. Ainsi, pour 36 appartements, en plus d’apporter le terrain au bailleur social, la commune doit verser une subvention de 650 000 €. Cependant, ce programme répond à un fort besoin exprimé par les citoyens, et repris dans le Plan Local de l’Habitat, qu’il est indispensable de satisfaire afin de maintenir une population active à l’année aux Carroz, laquelle justifie l’existence de services publics efficaces au cours des quatre saisons.

C’est pour cela que ce programme est couplé avec une promotion en copropriété classique. D’une part, celle-ci répond à une réelle demande d’une partie de la clientèle, et d’autre part permet à la commune de générer 2 000 000 € de recettes pour financer les logements sociaux et la rénovation du centre des Carroz.

Enfin, les grandes orientations de la commune incombent à la municipalité, qui engage sa responsabilité devant les citoyens lors des élections. Le Conseil Municipal a débattu et approuvé ces projets. Ils permettent systématiquement de conforter le patrimoine de la commune. À chaque édification, la ville devient propriétaire d’un nouveau bien d’une valeur substantielle. Loin de compromettre l’avenir, ils le préparent utilement en garantissant une qualité de service toujours plus élevée au profit des touristes, tout en offrant davantage de possibilités pour les résidents permanents de maintenir leur qualité de vie à Arâches-la-Frasse ; sans augmentation des impôts communaux.

Je ne manquerai pas d’organiser une nouvelle réunion publique pour vous informer de l’évolution de ces dossiers. En attendant, vous pouvez consulter le hors-série du magazine municipal « Demain » distribué le 26 mai dernier, et accessible sur le site internet de la commune. Mes services sont évidemment disponibles si vous souhaitez d’autres précisions.

Je vous prie de croire, Monsieur, en l’expression de mes sentiments respectueux.

Signé : Le Maire Marc IOCHUM

 Réponse du Collectif

COLLECTIF DES AMOUREUX DES CARROZ
256 route du Serveray 74300 Arâches la Frasse
Le 7 AOUT 2016

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les Conseillers

Nous accusons réception de votre réponse à notre lettre ouverte. Nous notons que vous avez eu la préoccupation de l’envoyer aussi aux 82 cosignataires. En effet, nous partageons les inquiétudes de ces 82 signataires (à l’heure actuelle, plus de 250), et nous nous posons des questions.

Malheureusement, Monsieur le Maire, les arguments avancés dans votre réponse ne répondent pas à nos questions !

Vous nous parlez de « contraintes juridiques », de « remise en cause », « d’interdiction totale », de « situation de blocage », de « possibilité de construction limitée », de « nouvelles constructions qui auraient interdit un projet global pour les 3 prochaines décennies ? », de « zone frappée par une importante prescription », etc. ...etc.. dont acte.

Nous, nous parlons de qualité de vie, d’espaces, de vues magnifiques, de maitrise équilibrée pour le cœur du village ; bref, de ce que nous voudrions laisser à nos enfants et aux générations futures !

Vos projets nous effraient par la démesure qui les caractérisent et la rapidité avec laquelle vous souhaitez les réaliser. De plus ils n’offrent pas de solution globale au long terme, condamnent la possibilité de toutes alternatives, et ferment le paysage.

Si nous ne contestons pas que les grandes orientations de la Commune incombent à la Municipalité, nous ne comprenons pas pour quelles raisons vous refusez d’entendre vos administrés, et pour quelles raisons vous refusez d’effectuer un sondage sur certains sujets.

Pourtant dans votre programme électoral vous vous êtes engagé à entretenir un : ...esprit de concertation permanente avec la population ....

Nous sommes de plus en plus nombreux à penser que vous faites fausse route, et de plus en plus déterminés à faire entendre notre point de vue.

Nous attendons avec impatience l’organisation d’une nouvelle réunion publique pour pouvoir exprimer publiquement notre point de vue sur ces projets dont nous ne voulons pas.

Cordialement

Claude Buffet

 Pétition n°2, début août, projet de golf des Carroz

Lettre ouverte à Monsieur le Maire d’Arâches La Frasse et à son conseil municipal.
Par le collectif « Les Amoureux des Carroz »


Non au projet de golf aux Carroz
Pourquoi, Monsieur le Maire, un projet d’une telle envergure était-il absent de votre plateforme électorale ? Avant de lancer un tel investissement qui détruira des forêts, des terres agricoles et une réserve naturelle tenant lieu de corridor écologique, il faudrait tout de même être réaliste :

Il existe déjà le golf de Flaine et celui-ci est largement déficitaire !
Pourquoi, dans la même commune créer un doublon, un nouveau golf, qui lui fasse concurrence ? Ne serait-il pas plus judicieux d’animer et de rénover le club-house de Flaine ? Le golf envisagé serait-il moins déficitaire que celui de Flaine ? Qui paiera ?
Croire que des gens aisés se déplaceront aux Carroz pour jouer sur un 9 trous synthétiques n’est pas réaliste. Une clientèle haut de gamme n’est pas attirée par un golf plastifié surtout quand ils ont à proximité de très beaux clubs. Ce projet n’a-t-il pour ambition, à terme, que de créer des hôtels et divers immeubles en déclassant les terrains dont les prix seront alors hors de portée des jeunes Carroziens ?
Essayer de viser une autre clientèle que celle que nous avons déjà, ne nous ferait-il pas perdre les deux, aucun n’y trouvant sa place ?

Où se promener ?
Les VTT circulent déjà sur une bonne partie des pistes et autres chemins accessibles. Cette activité va certainement se développer dans les années à venir. Et avec un golf prévu en plus, où les familles pourront-elles alors se promener dans un endroit qui ne sera pas goudronné et aseptisé ? Les gens ne recherchent-ils pas, de plus en plus, le contact avec la nature et le plaisir des choses simples ? Avec une population vieillissante, ce sont les personnes du troisième âge qui viendront de plus en plus soutenir le commerce en intersaisons. Elles apprécient, elles aussi, les ballades. Or la zone prévue pour le golf limite l’accès à nos espaces naturels et accapare les points de vue. Le promeneur est le dernier à être pris en compte. Est-ce parce que ce n’est pas une activité payante ?
Alors Monsieur le Maire, laissez-nous au moins un endroit intact, pour que chacun puisse profiter d’un beau paysage de montagne facilement accessible.

Et l’avenir du centre équestre ?
Avec le golf, les chevaux n’auront plus de pâturage, plus de lieu de ballade. Pourquoi risquer de mettre en péril cette activité cheval aux Carroz ? Rappelons qu’en France, 700 000 personnes pratiquent l’équitation contre 400 000 pour le golf.

Et la Faune ?
L’implantation du golf se ferait au centre des corridors écologiques qu’utilise la faune alpestre pour aller d’un massif à l’autre. De nombreuses études démontrent que le gibier, une fois dérangé par une modification profonde de son habitat, ne revient plus. Comment les écosystèmes vont-ils évoluer, une fois leur équilibre rompu ? C’est sans compter sur les sangliers qui se régaleraient en retournant les fairways… malgré la pose d’éventuels grillages renforcés… qu’ils finissent toujours par traverser.

Et les ressources en eau ?
Pourquoi, étant donné le réchauffement climatique, prévoir d’installer un réseau de canons à neige sur le golf (en dessous 1 000 m d’altitude !), pour les pistes de ski de fond l’hiver ?
Il n’y a pas si longtemps les Carroz ont connu des restrictions d’eau et cela pourrait se reproduire dans les années à venir. Or un golf nécessite énormément d’eau pour rester vert, même avec les greens synthétiques, très polluants et coûteux en entretien. Entre autres, il faut désinfecter ces derniers régulièrement pour éviter la prolifération de bactéries et les brosser pour redresser l’herbe artificielle.
Un bassin de captage d’eau de pluie ne suffira pas pour entretenir le golf, et l’idée annoncée d’utiliser l’eau de rejet de la piscine, n’est pas envisageable car cette eau, polluée de produits chimiques, serait toxique et brûlerait l’herbe. Les greens synthétiques et les eaux chimiques de la piscine vont contribuer à polluer les sols et la nappe phréatique. Écologique ?

Ce golf est un projet aux conséquences irréversibles pour les Carroz !
Le sacrifice du patrimoine communal pour un projet irréaliste va à l’encontre de l’une des missions fondamentales de la Municipalité : la pérennisation des biens communs.

Le collectif « Les Amoureux des Carroz » demande donc l’annulation de ce projet de golf.

 Texte de l’Association Flainoise associé à la signature

Par Régis Lardennois, Président de l’Association Flainoise

L’Association est opposée à ce projet, et estime que la réalisation de ce projet dans les conditions actuelles n’est pas légitime sans une consultation des habitants :

  • Il ne figure pas dans le programme présenté aux élections municipales.
  • il est très coûteux.
  • Il y a déjà un golf dans la commune.
  • Il y a des engagements du programme présenté aux élections municipales qui ne sont pas tenus du tout (par exemple remontée à Flaine de toutes les taxes qui y sont générées, parking couvert sur le parking P2 de Flaine, voirie de la route de Flaine Forêt…).
  • La commune a engagé des commandes d’étude d’aménagement pour un montant de 300 k€, sur une première estimation de coût total de 5 M€.
  • Enfin, n’oublions pas que la commune d’Arâches est soumise à un taux d’imposition parmi les plus élevé de Haute Savoie, et que les élus devraient aussi se soucier de limiter les dépenses.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1348 / 1163490

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Editoriaux   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.22 + AHUNTSIC

Creative Commons License